Société

TICs : ‘’Doonenyohack’’ avec les jeunes pour une innovation technologique au service de la décentralisation

Publié le jeudi 14 juin 2018, par Lemessager-actu

La communauté de travail collaboratif et la cellule d’organisation de Doonenyohack étaient face à la presse ce jeudi 14 juin 2018. Il s’agit pour les deux entités de dérouler le programme leurs activités à la presse. Le programme ‘’hackathon ‘’, tel est le nom donné à la rencontre entre les jeunes pour le renforcement de leurs capacités dans le domaine des TICs en vue de leur participation active à la décentralisation au Togo. Le programme qui se tient du 14 au 17 juin 2018 sera accompagné d’un atelier d’échanges.

La rencontre placée sous le thème « l’innovation technologique au service de la décentralisation » est une première dans notre pays et est au crédit de l’ambassade des Etats Unis(USA).

C’est en somme, un renforcement des compétences des jeunes togolais dans le numérique afin de les amener à participer positivement et activement au développement du pays dans le processus de la déconcentration des services administratifs et le processus de la décentralisation qui seront bientôt marqués par les élections locales.

Pour Mike Pryor, directeur de la section Affaires Publiques de l’ambassade des Etats Unis d’Amérique, cet atelier permettra de mettre en contact les responsables gouvernementaux et les représentants de la société civile avec les codeurs et les développeurs de logiciels qui peuvent créer de nouvelles plateformes qui aideront les responsables locaux à mieux servir la population.

‘’ C’est vraiment une étape très importante pour la gouvernance démocratique au Togo’’, a-t-il déclaré. Car, avec les élections locales qui auront lieu bientôt, les 1500 élus travaillant dans les 116 communes, doivent fournir des services de qualités aux personnes qu’ils représentent.

Pour la Manager Adjointe de doonenyohack , Akpedze Konou Rolande, c’est prendre sur soi l’innovation et d’apporter la technologie à tous, même dans les paysages ruraux, pour permettre à toute la population d’avoir un regard sur la gérance des biens publics et de comment entreprendre pour mieux se développer dans son domaine
Au total, c’est une vingtaine de jeunes qui participent à ce programme.
Edith